Un village médiéval au cœur du Périgord Noir

Architecture

Caractéristiques et particularités

L’abbatiale actuelle, classée monument historique en 1923, et dont il est difficile de dater la construction, pourrait avoir élevée sur les ruines d’une église plus ancienne au XIIIème siècle.  Elle est construite sur un coteau et en suit un peu le mouvement. On y pénètre par un imposant escalier. Aux cours des siècles et suite aux différents destructions et pillages qu’elle a du subir, elle a été plusieurs fois restaurée.

Riche en mobilier du XVIIème et XVIIIème siècle, on peut y admirer  les 32 stalles de chœur destinées aux moines du Prieuré, un autel en marbre polychromé, deux belles statues en bois représentant, croit-on, Saint Cyprien et Saint Augustin et une chaire en élégante boiserie sculptée, ornée des quatre évangiles avec leurs attributs. L’Eglise conserve dans l’une de ses quatre chapelles, le cœur de Monseigneur Christophe de Beaumont, archevêque de Paris, né au château de la Roque, tout proche.

A l’entrée de l’église, sur une tribune est placé l’orgue. Très ancien, son buffet date du XVIIème siècle. De style Louis XIII, il est « en beau bois de noyer, avec une couronne de colonnettes sommées d’élégants pots à feu ». Il fut restauré et étoffé à partir de 1980 par un facteur d’orgue espagnol réputé, et de célèbres organistes l’utilisent lors de concerts d’été.

Le clocher possède plusieurs niveaux dont la sacristie au rez-de-chaussée, la chambre de la pendule, la chambre des cloches et le chemin de ronde. Les cloches ont été fondues plusieurs fois,  en 1788, puis en 1850 et 1951 et enfin en 1963 ;  
 

Le bâtiment qui sert de presbytère est une ancienne maison noble du XIIIème et XIVème, qui a appartenu, par héritage de la famille Lavergne de Marqueyssac, au Comte et à la Comtesse de Fleurieu, et que la commune a acquis en 1875 pour abriter la Mairie, le presbytère et la justice de Paix. On peut y admirer des fenêtres renaissance.

On y trouve aussi une chartreuse du XVIIIème rue du Terme, une maison à colombages rue de la Justice de Paix, des maisons à pignons gothiques, de belles demeures à blason sculpté au dessus des portes, des porches voutés, souvenirs d’ancienne échoppes, et les vestiges des anciens remparts.

La Halle, vieille de plusieurs siècles, a subi de nombreuses transformations puisqu’elle était déjà en mauvais état en 1762.

Sources : AD 24 – Périgueux /Archives de la Mairie/Bulletins municipaux/Bulletins de la SHAP/Semaine religieuse de Périgueux/A.Sadouillet-Perrin/ journal »Esprit de pays »/

Les monuments historiques

Château de Fages

sa construction remonte 12ème siècle, mais il fut reconstruit aux 15ème et 16ème  siècles. La chapelle et les ruines du château sont inscrites sur la liste des Monuments Historiques par arrêté du 13 avril 1993. Le pavillon Renaissance est classé par arrêté du 9 septembre 1965. Il appartient à une personne privée.

 

Eglise de Saint-Cyprien

Classée Monument Historique par arrêté du 22 mars 1923. Elle appartient à la Commune.

           

Le presbytère

Les façades et les toitures sont inscrits par arrêté du 16 juin 1965. Il appartient à la Commune.

                                                           

 

Le château De Beaumont

Aussi appelé Hôtel ou Maison : construit au XIXème et modifié début XXème, il est inscrit par arrêté du 22 aout 1949. La totalité du parc avec sa pièce d’eau et ses terrasses sont inscrits par arrêté du 20 décembre 2002. Il appartient à une personne privée.